Un long weekend à Acadia National Park (bis)

On avait déjà fait ce voyage en octobre 2015, mais avec la visite des parents de Pauline (et de son frère qui nous a rejoints depuis le weekend à Cape Cod), c’était l’occasion de remettre le couvert, surtout qu’on avait gardé dans notre tête le projet d’y retourner depuis un bon moment.

La saison est idéale, c’est le fall foliage ou feuillage d’automne en Nouvelle-Angleterre. Les couleurs des états du Nord sont à leur pic de flamboyance (le peak comme ils disent) ! On a pris un jour de congé pour prolonger le weekend, car la route est longue jusque là, 580 km et pas loin de 6 h !

Au départ du Connecticut et après avoir traversé le Massachusetts, on longe la côte Atlantique, en passant entre autres par Portland. Au fur et à mesure qu’on avance, les couleurs des arbres qui bordent l’autoroute changent et deviennent de plus en plus vives. Le foliage étant directement lié aux températures, il commence d’abord dans le nord avant de descendre vers le sud quelques semaines plus tard, en général aux alentours de la mi-octobre.

IMGP9586

Les routes deviennent de plus en petites jusqu’à atteindre notre Airbnb au bout d’un chemin de terre, à Franklin ME (Maine), non loin du parc national d’Acadia. On a loué tout le logement pour le weekend, et à notre grand soulagement, il n’a pas grand-chose à voir avec celui du weekend passé à Cape Cod. La vue de la maison est sublime.

IMGP9422.jpg

Le grand jardin à l’arrière donne sur un bras de mer (la Taunton Bay) avec en arrière-plan le célèbre Mont Cadillac situé dans le parc national d’Acadia.

Named map

Le lendemain matin, Pauline et moi travaillons de la maison pendant que les autres réfléchissent au programme de l’après-midi ou lisent tranquillement en profitant de la vue.

L’après-midi est consacrée à l’exploration d’une portion du parc d’Acadia qu’on ne connaissait pas encore : la Schoodic Peninsula. On emprunte la boucle scenic de 10 km pour se rendre à Schoodic Point, le point le plus au sud de la péninsule duquel on admire l’autre partie du parc d’Acadia qui est le plus gros morceau et celui qui attire la plupart des touristes : Mount Desert Island. Schoodic Point est l’endroit idéal pour les photos et le sol a ici la particularité d’être composé de roches de deux couleurs différentes. De grandes veines de basalt noir (diabase dike) marbrent le reste des rochers en granit blanc.

On finit l’après-midi avec une petite randonnée qui nous amène jusqu’au point culminant de la Schoodic Peninsula et par la même occasion notre premier joli point de vue du weekend : Schoodic Head.

Sur le retour, on fait un bref arrêt à Prospect Harbor et sa jolie statue géante de pêcheur de homards ainsi que dans un magasin d’antiquité. La route est encore plus magnifique pendant la golden hour !

Le soir, c(est apéro bière locale (de la Atlantic Brewing Company) à la maison avec pizza maison légèrement brûlée.

On s’est gardé la journée entière du samedi pour l’île principale d’Acadia : Mount Desert Island.  Le premier arrêt au visitor center et les centaines de touristes fixent le ton : c’est un de leurs plus gros weekends, car les couleurs sont presque à leur pic et tout le monde a bien sûr eu la même idée que nous ; passer le weekend dans le Ch’Nord américain ! On demande conseil à une ranger en lui disant qu’on cherche une promenade où il y a de belles couleurs et moins de touristes, quitte à marcher plus. Elle nous regarde d’un air tellement bizarre qu’on se demande si notre anglais est si mauvais que ça ou si notre question est ridicule (genre il y a tellement de monde qu’aucune promenade ne sera tranquille). Elle finit par nous conseiller la même promenade qu’à tous les autres, c’est mal parti pour être en dehors de la foule…

On décide donc de passer la matinée dans la partie ouest de l’île, là où il y a moins de monde. Au programme : le phare de Bass Harbor Head et pique-nique dans l’atmosphère iodée de la plage de galets de Seawall.

DSC_0642-2

L’après-midi, on rejoint la partie est, plus touristique, en passant par Sargeant Drive et une belle vue sur Somes Sound, un des rares fjards du pays. Un fjard (à ne pas confondre avec un fjord), c’est une dépression creusée par un glacier qui a été remplie par l’eau de mer (dans ce cas-ci à la fin de la dernière époque glaciaire). Somes Sound est aujourd’hui un bras de mer d’une dizaine de kilomètres de long qui est rempli de casiers à homards (miamiam).

On s’arrête aussi quelques minutes à Northeast Harbor devant « La Petite Plaisance », la maison où Marguerite Yourcenar a vécu les 37 dernières années de sa vie, jusqu’en 1987.

On intègre ensuite la grande boucle scenic (à laquelle la majorité des visiteurs se cantonnent) jusqu’à rejoindre Jordan Pond que tout le monde nous a recommandé (y compris la ranger) pour voir des belles couleurs. Et il faut croire qu’on n’est pas les seuls, car arrivés au parking, il y a une gigantesque file. On perd facilement une demi-heure avant de trouver une petite place et de pouvoir commencer notre promenade. On comptait dans un premier temps monter au sommet de la South Bubble pour avoir une belle vue le lac et ses versants colorés, mais on se ravise vite en se contentant de faire le tour du Jordan Pond. Il y a pas mal de monde, mais les couleurs nous font vite oublier ça.

On file ensuite en voiture au sommet du mont Cadillac, car les gens vont s’y rendre par centaines pour aller voir le coucher de soleil… Finalement, il reste pas mal de places de parking. On y passe une petite heure à déambuler sur le sommet et à prendre de splendides photos de la baie. Dommage qu’il y ait ces gros paquebots en plein milieu du jeu de quilles. Le vent est fort et glacial, exactement comme il y a deux ans lors de notre première visite !

Vu qu’il fait encore clair, on redescend pour terminer la boucle de la scenic road avec Sand Beach (une des 3 seules plages du parc), Thunder Hole (un trou dans lequel les vagues viennent s’éclater en faisant un bruit similaire à un coup de tonnerre) et Otter Point (le coin des loutres, mais sans loutres cette fois-là). Heureusement il y avait de jolies voitures tunées sur le parking.

IMGP9768

La brume s’installe progressivement et on se retrouve littéralement dans les nuages. Les gens qui sont restés au sommet de la Cadillac Mountain pour un beau coucher de soleil doivent être bien déçus !

La boucle se termine dans la grande ville du parc : Bar Harbor. On s’inscrit sur la liste d’attente du resto Galyn’s (1h !) avant d’aller patienter en buvant l’apéro au Beerworks pour les garçons et faire les magasins du centre pour les filles.

DSC_0749-2

On ne sera pas déçus de l’attente, car on se sera tous régalés d’un bon plat à base de homard. Martin, le frère de Pauline, qui a pris le classique homard recevra l’aide de notre exubérante serveuse pour le décortiquer. On sent directement les 50 ans d’expérience en décorticage quand elle explique la façon de procéder. On se souvient surtout du spectacle et aussi qu’il faut pincer les pattes entre les dents en faisant « gnagnagna » pour extraire le peu de viande contenu dans ces dernières.

Dimanche matin, il est déjà temps de tout remballer et de passer la journée dans la voiture pour revenir dans le Connecticut avec un arrêt dîner au Five Guys, car on ne pouvait quand même pas les laisser repartir en Belgique sans avoir vécu cette expérience.