Lassen Volcanic National Park

Après notre épopée dans le désert d’Alvord, et au départ de Winnemucca qui nous a hébergés en catastrophe pour la nuit, on rallie Reno, à la frontière entre le Nevada et la Californie. Se disant être « la plus grande petite ville du monde » (qu’est-ce qu’on ne ferait pas pour se distinguer des autres, il y a de quoi rivaliser avec Durbuy !), elle se résume surtout à une ville – pas si petite que ça – pleine de casinos.

On a vite fait de passer notre chemin et de toute façon on se fond assez mal dans le décor avec notre jeep toute poussiéreuse !

En chemin, on s’arrête pour pique-niquer au bord du Honey Lake. Quitte à s’arrêter au bord de la route, autant avoir une belle vue, et ce n’est pas ça qui manque ici !

La région est remplie de marais. Notre pare-brise devient rapidement un véritable cimetière d’insectes qui s’ajoute à la poussière de la tempête de la veille. La Jeep ayant une forme particulièrement peu aérodynamique avec un pare-brise à 90°, ça ne pardonne pas pour les petits (et plus gros) insectes. On n’essaye même pas de faire aller les essuies glaces…

Venant du nord et alors qu’on est encore à des kilomètres du parc de Lassen, on distingue déjà le Lassen Peak enneigé au loin. Ça nous fait rater la petite route qui mène à Butte Lake, où on aurait aimer aller se promener jusqu’au cinder cone et dans les painted dunes. Tant pis, on ne peut pas tout faire (on a quand même déjà vu des collines colorées dans le Painted Desert), mais pour ceux qui comptent s’y rendre, ne le loupez pas.

On marque ensuite un arrêt à Hat Creek Overlook alors qu’on n’est même pas encore dans le parc, car d’ici on a vraiment une vue d’ensemble sur ce qui nous attend pour le lendemain ! On voit même le mont Shasta, deuxième plus haut pic de la chaîne montagneuse des Cascades (culminant à 4317 m quand même).

Notre entrée dans le parc se fait dans la région de Manzanita Lake où on a loué une cabine pour la nuit. Vu que la journée touche déjà presque à sa fin, on garde la découverte du parc pour le lendemain et on va directement faire le check-in pour récupérer les clefs de la cabine. Une fois sur place, c’est parfait ! La cabine est nichée dans une pinède, avec un vrai lit (même si le matelas est super dur) et une petite terrasse. On va être bien ! On reçoit même gratuitement un bundle de bois et un kit de S’mores pour le soir (des bâtons, des marshmallows, du chocolat et des biscuits pour se faire un super dessert américain !)

Une fois installés, on fait quand même la petite randonnée qui fait le tour du lac avec une belle vue sur le Lassen Peak, des pêcheurs à la mouche, des petits canards, et du calme !

De retour à la cabine, petit feu de camp, souper spaghetti au réchaud, et dessert S’mores avant une bonne nuit de sommeil !

Le lendemain, après avoir bien profité de la cabine, on entame la scenic road qui traverse le parc. Le parc de Lassen Volcanic a la particularité d’abriter plusieurs types de volcans : shield comme le mont Harkness (en forme de bouclier, très aplati, car ayant eu une lave très liquide), cinder cone (un empilement de cendres et petits cailloux) ou encore plug dome comme le Lassen Peak qui avait une lave beaucoup plus épaisse qui n’a pas réussi à s’étaler très loin.

Le premier arrêt est Chaos Jumbles qui est un gigantesque amas de rochers. Il y a 350 ans, une avalanche de rochers a eu lieu sur un des versants du volcan Chaos Crags. Les rochers ont dévalé la pente pendant 6 km, enterrant la forêt existante sous 40 m de roches par endroits. Une partie des rochers a également créé un barrage naturel sur la rivière Manzanita Creek, créant le Manzanita Lake dont on a pu profiter la veille.

Notre deuxième arrêt est Hot Rock. C’est le nom donné à un rocher de 300 tonnes qui gît au bord de la route. Il s’agit d’un morceau du bouchon du volcan du Lassen Peak qui a été projeté en l’air lors de l’éruption en mai 1915. Il a atterri brûlant sur la neige. L’avalanche déclenchée par l’éruption l’a ensuite transporté 8 km plus loin, où il s’est définitivement posé pour refroidir… D’après les habitants de l’époque, il grésillait toujours dans la neige 2 jours après avoir atterri là

Le 3e arrêt est Devastated Area. Comme son nom l’indique, il s’agit d’une zone entièrement détruite par l’éruption du 19 mai 1915, et plus particulièrement par le lahar, la coulée de boue composée de lave, de rochers brûlants et de neige en train de fondre. Trois jours après la première éruption, une deuxième encore plus violente a eu lieu, causant un deuxième lahar rempli de pierre ponce et de cendres. Dans cette zone, on trouve des rochers qui, pour une fois, n’ont pas des millions d’années, mais juste quelques centaines. Un panneau nous explique la composition d’un d’entre eux qui semble avoir des bulles plus foncées figées à l’intérieur. Il s’agit de quenched blobs de basalt qui se sont retrouvées enfermées dans du magma de black dacite qui fond à plus basse température. Les deux roches ne se mélangent pas (comme l’eau et l’huile) et ont formé ces structures si particulières.

Pour ne pas faire que de la voiture, on se lance dans la randonnée de Paradise Meadows. C’est une petite balade sympa dans les bois qui atterrit dans une grande prairie parsemée de fleurs sauvages et dans laquelle coule une sinueuse petite rivière : Hat Creek. Ça me rappelle les pozzines en Corse (mais en moins beau quand même, faut pas déconner).

Seul point négatif : les 2-3 couleuvres qui se sont mises sur notre chemin et m’ont mis une belle frousse.

On veut ensuite enchainer avec une deuxième randonnée, celle de Cold Boiling Lake, mais on va vite déchanter car ici, tout est encore recouvert de neige (jusqu’à 5 m par endroits !), et on est le 5 juin…

On continue notre route jusqu’à arriver au point culminant de la route qui est aussi le point de départ de la randonnée vers le sommet de Lassen Peak, mais évidemment, sans raquettes ou skis, ce n’est même pas la peine d’y penser.

On entame notre longue descente qui longe deux lacs de montagnes en train de dégeler : Helen Lake et Emerald Lake. La couleur bleue de l’eau est vraiment belle au milieu de cette neige qui nous aveugle.

On entre maintenant dans la partie géothermale du parc où les petites fumerolles et les odeurs d’œuf pourri sont légion. Ça nous rappelle le Yellowstone ! On veut tenter une première randonnée, Bumpass Hell, mais à nouveau, c’est enneigé et les seuls courageux qui sont ici sur le parking préparent leurs skis et ont l’air d’être beaucoup plus équipés que nous et beaucoup plus au courant que ce n’est pas encore la saison pour s’y promener à pied !

On se contente donc des sites géothermiques situés le long de la route, comme Sulphur Works avec ses bains de boue en ébullition et des odeurs de soufre comme promis !

En toute logique, on termine par le visitor center Kohm Yah-mah-nee (c’est le nom donné au Lassen Peak = montagne enneigée par le peuple Maidu originaire d’ici) situé au sud et un petit film récapitulatif sur le parc. On suppose qu’il fallait commencer par ici et remonter vers le nord mais c’est pas la première ni la dernière fois qu’on fait les choses à l’envers !

C’est déjà l’heure de quitter le parc pour rejoindre notre AirBnB situé entre le parc et le lac Tahoe, notre destination du lendemain !

Le karma est de notre côté car on frôle la collision frontale avec un camion-remorque rempli d’énormes troncs qui a dévié sur notre bande, et un peu plus loin, à Quincy, un pick-up est rentré dans une façade. Mais sinon la route est jolie.

C’est l’heure de l’apéro et on trouve une petite perle de brasserie perdue au milieu des bois : The Brewing Lair of the Lost Sierra. Un bon moment de détente.

On arrive ensuite chez Kimberly, notre hôte du soir. Elle et son mari vivent dans une énorme maison en logs de bois au milieu de la forêt et ont reconverti le dessus de leur garage en appartement qu’ils ont appelé le Bear Den. C’était probablement un des meilleurs AirBnB dans lequel on a eu l’occasion de séjourner : cosy, calme, entouré d’animaux sauvages…

La région est très peu touristique et pour cause, elle s’appelle la Lost Sierra, mais c’est justement le genre d’endroits qui nous plait le plus, car à l’abri des foules.

Pour souper, on dégote un bon resto italien : Cuccia’s. Et parce qu’on n’en a jamais assez, on repasse boire un dernier verre et jouer au billard dans une deuxième brasserie avant de retourner dormir dans notre den.

Le lendemain, direction la prochaine étape, beaucoup plus touristique cette fois : le Lac Tahoe !

2 réflexions sur “Lassen Volcanic National Park

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s