Los Angeles – Beverly Hills et Hollywood

Depuis la vallée de Coachella, on roule toujours sur la fin de l’Interstate 10 qui relie les côtes Pacifique et Atlantique. Les bandes de circulation se multiplient au fur et à mesure qu’on avance, jusqu’à atteindre 9 bandes de chaque côté de la berme (!) à l’entrée de la deuxième plus grande ville des USA : Los Angeles, ou de son petit nom original El-Pueblo-de-Nuestra-Señora-la-Reina-de-los-Ángeles-de-Porciúncula. 

On est encore loin (100 km) de Los Angeles même lorsqu’on traverse San Bernardino, la ville rendue tristement célèbre par la fusillade de 2015 (on en est à la 18e de 2018 au moment où nous écrivons ces lignes, mi-février). Dans un registre différent, c’est aussi là où est apparu le premier McDonald’s en 1940 (voir le super film à ce sujet sur Netflix quand vous avez un dimanche après-midi à tuer) ! San Bernardino marque la limite Est du « grand Los Angeles », cette énorme zone urbaine où vivent 19 millions de personnes.

Il nous faudra encore 2 heures pour arriver dans le centre, à Beverly Hills ! Yeah Baby !

On teste une nouvelle chaine de fast-food (pour changer) pour dîner : le In&Out, pas mal, mais n’arrive pas à la cheville du Five Guys, faut pas déconner. On marche un peu dans la rue et c’est comme dans les films, des hipsters en skateboard, des palmiers, du soleil, des voitures de luxe…

Notre début d’après-midi, on décide de le passer à déambuler en voiture dans l’interminable labyrinthe de rues de Beverly Hills. Celles qui ont le mondialement célèbre code postal 90210. Oui, celui de la série (là, vous avez la musique du générique en tête hein ?)

Des dizaines de rues hyper pentues le long desquels toutes les stars ont des résidences hyper luxueuses. Sunset Boulevard, Bel Air, Westwood, Mulholland Drive, tous ces noms dont on a déjà entendu parler, et vus seulement à la télé. Et bien aujourd’hui, on y roule avec des yeux comme des billes, persuadés qu’on va croiser l’une ou l’autre star dans sa Maserati/Lamborghini/Bentley/Ferrari/Aston Martin/Rolls Royce. Oui, ici, Porsche c’est pour les moins nantis.

Il existe des tours payants en minibus qui sillonnent ces mêmes rues et s’arrêtent devant les maisons des stars les plus célèbres, mais à part les commentaires qui vous disent qui habite où, on ne voit rien de plus qu’en s’y baladant avec sa propre voiture. Tous ces gigantesques manoirs sont entourés de grandes murailles et certaines ruelles sont même privatisées avec gardes à l’entrée. Bref, la villa Montmorency américaine !

On avait juste récupéré quelques adresses de stars avant de partir, histoire qu’on puisse aujourd’hui dire qu’on est passé devant la maison de Tom Cruise, Jennifer Aniston et Ben Affleck ! On n’a pas vu grand-chose à part de grandes grilles en fer forgé, mais on y a été ! Gros check sur la liste.

Une fois sur Mulholland Drive, on a une vue de malade sur tout ce versant parsemé de villas de multimillionnaires. C’est probablement l’endroit sur Terre où il y a le plus de millionnaires au km², c’est difficile à appréhender.

IMGP8097

On quitte ensuite Beverly Hills pour le quartier d’à côté, tout aussi connu si pas plus, Hollywood.

Le reste de l’après-midi est consacré à la découverte du cœur d’Hollywood et une longue marche sur l’artère principale : Hollywood Boulevard et le « Walk of Fame » avec toutes ses étoiles dorées aux noms de stars du cinéma/télévision/musique/radio/théâtre. On marche au ralenti, les yeux collés au sol pour pouvoir lire tous les noms, mais on doit avouer qu’on n’en connait pas la moitié. Par contre, les plus grands y sont, même Trump ! On a oublié de regarder dans quel domaine il a bien pu briller pour avoir son nom ici, mais ça doit surement être lié à son grand succès avec la série de télé-réalité « The Apprentice ». On est dans la seule rue des USA où la moitié des passants se prennent en selfie à croupis avec le trottoir en arrière-plan.

Sur Hollywood Boulevard, il y a aussi un incontournable, le Chinese Theater ! Il s’agit d’un cinéma qui a ouvert en 1927 et dans lequel sont projetées les avant-premières de tous les grands blockbusters hollywoodiens.

C’est devant ce dernier que se trouvent les célèbres dalles de béton avec les empreintes de mains de certaines stars. Une tradition qui a apparemment débuté en 1927 lorsqu’une star a marché par accident dans du béton frais devant ce même cinéma.

On s’amuse comme tout le monde à mettre nos mains dans les nombreuses empreintes présentes et je découvre avec amusement que les miennes font exactement la même taille que celles d’Arnold Schwarzenegger, la classe hein ? Et on remarque aussi que Tom Hanks a des pieds super bizarres.

IMGP8115

Pendant ce temps-là, le long de la rue, on assiste au discours d’un illuminé sur ce qu’il appelle les 12 tribus d’Israël. J’avoue qu’on n’a pas tout compris mais ça nous avait l’air d’un bon mélange de préjugés et de complots sur les sionistes juifs franc-maçonniques gays. Un petit extrait est plus parlant :

On monte dans le mall en plein air qui est accolé au Chinese Theater et dans lequel ils ont installé un faux sarcophage de 23 m de haut pour la sortie du film « The Mummy » avec Tom Cruise. La folie des grandeurs !

De l’autre côté de la rue, il y a le bâtiment du « Jimmy Kimmel Live », un des célèbres late shows américains. On est vraiment au cœur du cinéma hollywoodien.

La fin de la journée approche et il est temps d’aller déposer nos affaires à notre Airbnb du soir qui est hyper bien situé en plein centre d’Hollywood ! Notre hôte du soir est Amina, elle est algérienne d’origine et parle donc français, une belle surprise ! Une seule règle : pas de porc dans l’appartement ! Le gros avantage de cet Airbnb, c’est surtout qu’Amina a un garage dans lequel on peut laisse notre voiture, un luxe dans cette ville ! Une fois garée, il reste 5 cm de chaque côté, mais je réussis à m’extirper de justesse sans devoir passer par le coffre…

On doit avouer qu’on est rassuré d’avoir tout mis en sécurité à l’appartement, car quelques mois plus tôt, je m’étais fait voler mon sac à dos avec passeport, visa et PC du boulot dans le même quartier. Je n’en ai pas gardé un souvenir impérissable, à part celui d’avoir fouillé à minuit la moitié des poubelles du boulevard à la recherche de mon passeport… Allez expliquer au boulot que vous avez perdu votre PC à Hollywood…

On part à pied sur Melrose Avenue (encore un nom qui semble familier) boire l’apéro dans un bar speakeasy sur Hollywood Boulevard : The Well. L’ambiance est sympa, mais il y fait hyper sombre ! Pour le souper, on s’arrête dans une brasserie que j’avais déjà essayée lors d’un voyage pour le boulot : le 33 taps, qui est correct !

Et pour la soirée, on avait prévu un incontournable : le Griffith Observatory qui est situé sur le mont Hollywood et duquel on a un énorme panorama sur toute la ville de Los Angeles et sa baie. De nuit, il parait que le spectacle est incroyable.

Le seul hic, c’est l’attrait touristique de cet endroit et le nombre limité de places de parking. J’avais déjà essayé d’y aller lors d’un voyage pour le travail, mais je n’avais jamais réussi à trouver une place pour me garer et la visite s’était donc limitée à 1h de bouchons en montant l’unique route qui accède à l’observatoire et puis un retour en ville assez frustrant. Du coup, on prévoit le coup en prenant un Uber, comme ça pas besoin de parking !

A nouveau, les bouchons sont monstrueux sur la route qui monte au sommet. On met facilement 45 min pour parcourir les 6 km et notre chauffeur Uber s’énerve en se disant que c’est la course la moins rentable de sa vie. Ça doit être la première fois qu’il prend une course pour l’observatoire car juste avant, deux coursiers avaient accepté notre demande avant de finalement la refuser, certainement parce qu’ils s’étaient déjà fait avoir… On arrive finalement à 21h25 alors que le télescope que je voulais tant essayer ferme à 21h30. Frustration extrême lorsqu’on nous refuse l’accès à l’entrée ! Il nous reste juste une demi-heure pour visiter le reste de l’observatoire qui fait office de musée et qui ferme lui à 22h… On a fait tout ça à la va-vite, mais ce qu’on en retient, c’est qu’on a vu un morceau de lune ramené par l’équipe d’Apollo 14 en 1971 et prêté gentiment par la NASA.

IMG_1923-2

On termine la soirée en profitant du panorama sur Los Angeles éclairé qui est un spectacle à part entière, en attendant pendant 30 min notre deuxième Uber qui est lui aussi coincé dans les embouteillages et ne fera lui non plus jamais l’erreur de prendre de telles courses.

Le lendemain, on quitte Amina et son Airbnb pour notre deuxième et dernière journée à LA, consacrée à la visite des studios Warner Bros le matin, et Venice Beach et les plages du Pacifique remplies de filles en bikini et de surfeurs l’après-midi !

3 réflexions sur “Los Angeles – Beverly Hills et Hollywood

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s