Yellowstone : Lamar Valley

Requinqués par une bonne nuit de sommeil à l’hôtel, on reprend la route vers l’intérieur du parc du Yellowstone pour notre dernière journée à l’intérieur de celui-ci !  On réserve au passage notre emplacement du soir au camping de Mammoth qui est un « first come first served« .  Il est 9h30 et il ne reste déjà plus que trois places libres – on a de la chance ! Ensuite, direction la section au nord-est du parc : Lamar Valley. La route vers la vallée est magnifique. Le soleil est de retour, et plus on descend, plus la température augmente. Quel plaisir de quitter enfin la neige !

Sur la route, la vue change petit à petit, mais il reste des signes de l’activité volcanique qui couve sous nos pieds : des fumerolles sortent d’un versant de la vallée là où s’écoule du soufre liquide noir dans la rivière. Et … oui, ça sent l’œuf pourri à fond.

L’arrêt obligatoire avant de visiter cette partie du parc, c’est la ranger station de Tower Junction. C’est leur premier jour d’ouverture (ouf) et le ranger présent sur place nous donne plein de conseils : endroits où on a le plus de chance de voir des ours et des loups, promenades sympas, routes fermées… On voit bien qu’il est content de nous parler et de recommencer la saison, ce n’est pas toujours l’impression qu’on a quand on arrrive à 15h un samedi de haute saison et que le ranger à qui on parle répète les mêmes conseils de randonnées pour la 118e fois de la journée (le pauvre).

Carte Yellowstone

Après avoir quitté la station, on s’engage dans les magnifiques grandes plaines de Lamar Valley. Il n’y a qu’une route, la 212, qui traverse les plaines pour ensuite passer de part et d’autre de la frontière Wyoming/Montana et relier le petit village de Cooke City à la civilisation. Après Cooke City, on peut continuer sur la Beartooth Highway, une des plus belles routes du pays, mais qui n’est malheureusement ouverte que quelques mois par an à cause de la neige. En hiver, ils ont déjà enregistré 8 m de neige sur cette route et ça prend des semaines pour la dégager au printemps. Une équipe commence à dégager à partir de Cooke City et l’autre du Montana jusqu’à ce qu’elles se rejoignent !

Dans la vallée, notre route est rythmée par les centaines de bisons et les bighorn sheeps qui remplissent les grandes plaines de part et d’autre de la route sinueuse.

A un moment, un panneau sur le bord de la route nous indique qu’on se trouve sur le 45° parallèle, on est pile-poil entre le pôle Nord et l’équateur. Aucun intérêt particulier, mais c’est marrant ! Comme traverser la continental divide qui sépare les eaux qui se jettent de l’Atlantique de celles qui se jettent dans le Pacifique.

On marque un arrêt là où le ranger nous a dit qu’on avait une chance de voir des loups : Pebble Creek. Après 2-3 min de piste rocailleuse, on tombe sur quelques retraités qui déjà bien installés qui ont l’air habitués et qui ont des longues-vues Swarowski de pro. On leur demande gentiment s’ils ont vu des loups et ils sont tout contents de partager leur expérience avec nous. Le barbu blanc nous montre plein de photos et de vidéos sur son GSM. Il a entre autres filmé une meute de loups qui dévore une carcasse et il a une autre vidéo où on les voit hurler à la mort ! Il se garde bien de partager avec nous les endroits secrets qu’il a découverts après de nombreuses années de vacances répétées dans le parc !

Le couple nous laisse regarder dans leur longue-vue qui est orientée sur un flanc de montagne situé à plusieurs kilomètres de nous. On est censés voir une tâche grise qui serait une louve près de son den (la tanière) mais personnellement je leur dis « ah oui, je la vois » pour leur faire plaisir ! On va les croire sur parole, et puis comme ça on peut dire qu’on a vu des loups au Yellowstone !

On continue sur la 212 et comme on a faim, on fait un arrêt dans une aire à pique-nique un peu plus loin. On se fait une bonne fricassée de derrière les fagots avec les restes, le tout avec une bonne petite canette. L’air est frais. On a bon.

Après ce bon repas roboratif (pas souvent qu’on peut le sortir ce mot), on se lance dans une randonnée conseillée par le ranger. Le chemin s’enfonce dans la plaine au milieu des arbustes de sauge sauvage et des bisons. A côté de nous sur le parking, un groupe semble se préparer pour un trek de plusieurs jours. Ils sont équipés comme des pros alors qu’en bons amateurs, on prend juste nos 2 bouteilles d’eau.

Au bout d’un bon kilomètre, on se retrouve au beau milieu de la plaine avec un troupeau de bisons qui se rassemble devant nous comme s’ils voulaient nous empêcher de passer. On contourne calmement, mais ils n’ont pas l’air d’apprécier. Sans insister, on s’incline assez lâchement devant nos adversaires poilus qui frôlent la tonne. On n’est pas en terrain conquis et ils ont l’air de le savoir.

On rebrousse chemin et on croise l’équipe de trek. Quelques minutes plus tard, on se retourne et on voit qu’ils ont traversé le troupeau de bison sans problème. Double échec, mais on ne le racontera à personne hein…

Même si la promenade fut plus courte que prévu, les paysages sont hors du commun, monts enneigés sur fond de prairies verdoyantes, le tout avec l’odeur de la sauge sauvage et le bruit des grenouilles qui croassent dans le ruisseau.

On reprend la voiture pour pousser jusqu’à l’extrémité du parc et jusque Cooke City. Le petit village compte 140 habitants et se situe à 1h30 de route de la ville la plus proche. On met les pieds dans un lieu historique du village : le general store ouvert depuis 1886 est tombé en faillite de nombreuses fois, mais est toujours ouvert aujourd’hui et figure même dans le registre national des lieux historiques, au milieu des 90 000 endroits à préserver que ce dernier compte !

Une fois dans le general store, on se croirait revenus 100 ans en arrière. La caissière utilise encore une vieille caisse enregistreuse du style fin 19e siècle, et elle rend la monnaie exacte !

Derrière la caisse, il y a des boites de conserve avec les épices et la poudre à canon, qui a l’air d’être considérée comme une épice ici.

On réussit quand même à s’acheter avec Yannick un T-shirt super humoristique dans ce coin on ne peut plus reculé. Pour connaitre la blague, il faudra nous inviter en guindaille un jour où il faut chaud !

Tant qu’à être au milieu de nulle part, on décide de pousser un peu vers la Beartooth Highway, mais pas trop, car on devra tout faire en sens inverse pour rentrer au camping du soir.

On ne fera finalement que 15-20 km, pas assez pour arriver dans la partie apparemment la plus à couper le souffle de cette « All-american road » mais on aura eu encore quelques très belles vues sur une des trois chaines de montagnes du Yellowstone : les Absaroka.

En revenant sur nos pas, on fait un bref arrêt au Petrified Tree, un arbre enseveli sous les cendres volcaniques il y a 50 millions d’années, et transformé littéralement en pierre.

IMGP7118

Après avoir installé nos tentes au camping de Mammoth Hot Springs, on prépare une recette ambitieuse en buvant des canettes : des pizzas calzones cuites au barbecue ! Après de nombreux retournements fébriles pour éviter la carbonisation ainsi qu’une brûlure pour Pauline, on déguste cette franche réussite ! Cuire de simples pains saucisses aurait été bien trop simple, on est officiellement des maîtres du barbecue.

Avant d’aller dormir, on fait une petite séance photo de nuit car les étoiles sont au rendez-vous. L’occasion de perfectionner les réglages et le trépied qu’on trimbale à chaque roadtrip !

Le lendemain matin, c’est le moment de quitter le Yellowstone et sortir par le Nord vers le Montana où nous attend une randonnée en cheval dans la Gallatin Forest !

2 réflexions sur “Yellowstone : Lamar Valley

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s