PPL – la formation théorique

Pour devenir pilote privé, aux USA comme ailleurs, il faut réussir un théorique et un pratique, comme pour le permis voiture.

Même si l’examen pratique final ne peut pas être passé tant qu’on n’a pas réussi l’examen théorique, cela n’empêche pas de commencer à voler avec son instructeur alors qu’on n’a pas appris la moindre théorie, et c’est parfois une bonne chose !

Pour ceux qui seraient tentés d’avaler toute la théorie et passer le knowledge test avant d’avoir mis un seul pied dans un avion, ce n’est pas forcément la meilleure manière de procéder. Le mieux c’est d’avancer sur les deux fronts et d’étudier la théorie en même temps que de suivre sa formation pratique : ça permet de mieux retenir les concepts qu’on met en pratique.

La matière est divisée en plusieurs chapitres, mais c’est en général très intéressant :

  • Les fondamentaux : de quoi est composé un avion, comment fonctionnent le moteur et les différents systèmes, un peu d’aérodynamique…
  • L’environnement de vol : les aéroports, marquages au sol, les espaces aériens, les cartes aériennes, les radars, la radio…
  • La météo : bases de météorologie, reconnaître les nuages, interpréter des cartes météos (oui oui, les lignes avec les petits triangles rouges qu’on voit après le JT sur la RTBF !)…
  • Performances de l’avion en fonction de la météo, du poids transporté…
  • Navigation : se repérer avec les différents instruments aux sols (il n’y a pas que le GPS petit paresseux)
  • Facteurs humains : limites du corps humain face aux accélérations, stress, alcool, prise de décision…

En Belgique, j’avais suivi 100 h de cours théoriques, le samedi soir et le dimanche matin pendant plusieurs mois. Je n’avais cependant jamais passé l’examen théorique, car il faut passer le pratique dans les 2 ans qui suivent, et je voulais déjà être bien avancé dans la formation pratique avant de déclencher le chrono…

Aux USA, il existe bien sûr des cours théoriques (ground instruction), mais ils ne sont pas obligatoires. En ce qui me concerne, j’ai acheté les 2 livres de Jeppesen : Private Pilot (Guided Flight Discovery) et FAA Airman Knowledge (Private Pilot Test Guide). J’ai lu le premier à mon aise, sur plusieurs semaines, sans m’attarder sur les détails (700 pages tout de même, mais beaucoup de schémas et d’images !). Le deuxième livre reprend lui des questions d’examens des années précédentes (les tuyaux quoi) et sert à se driller avant de passer l’examen théorique. Si une partie de la matière ne me semblait pas claire ou si je me plantais à une question-type d’examen, je retournais dans le premier livre pour relire le chapitre correspondant.

PPL book

Il faut aussi potasser un peu les chapitres (part) 61 et 91 de la réglementation aéronautique américaine, le Code of Federal Rules ! On y apprend tout ce qu’on n’est pas censé faire en volant. Entre autres qu’on peut lancer des objets d’un avion, mais à condition de faire attention à ne blesser personne ou ne pas endommager la propriété des autres. Ou qu’il faut attendre minimum 8 h après le dernier verre d’alcool qu’on a bu et le moment où on vole. Pas certain que cette règle-là soit valable après une grosse biture…

Une fois qu’on se sent prêt, on prend rendez-vous via la société CATS dans un des centres de tests agréés et on paye à nouveau 150 $, tout en se demandant si on ne va pas tomber à cours de thunes à mi-parcours à ce rythme-là.

Le jour du test, il faut se présenter avec preuve d’identité (passeport pour les non-américains, ne vous faites pas avoir) et votre logbook dans lequel votre instructeur aura écrit que vous avez reçu l’instruction théorique nécessaire pour passer l’examen. C’est surtout pour éviter que des petits malins viennent tenter le test 3 fois et le réussissent « par hasard » en ne connaissant que 10 % de la matière.

On vous donnera le matériel nécessaire (en gros un livre de schémas/figures auxquels certaines questions se réfèrent) car vous ne pouvez rien amener à part votre computer et votre protractor. Pas de GSM ni de calculatrice programmable petit malin…

Le test se fait entièrement sur PC et se compose de 60 questions prises au hasard dans l’énorme base de données de la FAA. Il faut 70 % pour réussir l’examen mais la plupart des gens font entre 85 et 95 % avec une préparation correcte. Une fois le test terminé, on a le droit de revoir les questions auxquelles on a mal répondu et se mordre les doigts à fond.

Si le test est réussi, vous recevez directement votre belle attestation avec un beau cachet en relief officiel, à garder précieusement pour pouvoir le présenter le jour de l’examen pratique !

Knowledge Test results

Oui, oui j’ai bien eu 100% et c’est normal que ça soit inscrit en Comic sans MS …

Une réflexion sur “PPL – la formation théorique

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s