Sur la route du Yellowstone : Great Salt Lake (City)

Ca y est ! Depuis le temps qu’on prévoit notre voyage-retrouvailles avec des amis de Belgique, on arrive enfin à Salt Lake City en Utah pour rejoindre le couple avec lequel on va passer la première partie de ce road-trip : Yan et Zab.

Arrivés les premiers, on récupère la voiture de location, on fait quelques courses et on part vite les retrouver à l’aéroport. La totalité des valises rentre dans le coffre (ouf !), le road-trip peut enfin véritablement commencer !

Si notre principale destination de cette semaine est le Yellowstone National Park, ce n’est pas pour autant la seule étape du séjour. Le premier arrêt qui va nous occuper tout l’après-midi est Antelope Island State Park, dans la banlieue nord de Salt Lake City.

Carte Salt Lake

Au guichet de l’entrée, un panneau nous intrigue : « no refund because of insects ». On ne cherche pas à comprendre et on s’engage sur la digue qui donne accès à l’île située au milieu du Great Salt Lake.

Le paysage est superbe. Il n’y a pas de vent. On admire du coup, de part et d’autre de la digue, deux miroirs qui s’étendent à perte de vue et dans lesquels se reflètent les Wasatch Mountains derrière la ville de Salt Lake d’un côté, et les Promontory Mountains de l’autre. Ca ne fait pas encore deux heures qu’on a quitté l’aéroport et on en prend déjà plein les yeux.

En roulant, on remarque des essaims bizarres le long de la route et on entend plein de petits impacts sur le pare-brise. On réalise que ce sont des millions et des millions de moustiques/mouchettes qui grouillent le long de l’eau stagnante du lac. Le panneau de l’entrée prend subitement tout son sens. Quelques photos sont plus parlantes qu’autre chose :

On prend notre courage à deux mains pour sortir de la voiture pour prendre des photos au bord de l’eau. Mouchettes, moustiques, on ne sait pas trop, alors on s’équipe ! Heureusement, il ne s’agit que de grosses mouchettes et pas de vrais moustiques, sinon on serait probablement morts à l’heure qu’il est. La pauvre voiture de location qui avait 14 miles au compteur quand on l’a prise est déjà criblée de cadavres. A ce rythme-là, on se dit que la plaque ne sera bientôt plus lisible.

On lit dans le dépliant qu’on nous a donné à l’entrée que le grand lac salé est le plus grand lac naturel à l’ouest du Mississippi. Il fait 1/7 de la surface de la Belgique et est le vestige d’un lac qui à l’époque de la dernière glaciation faisait… 2 fois la surface de notre petit pays ! Ca met les choses en perspectives.

Le lac est alimenté par 4 rivières, mais n’a pas de sortie autre que l’évaporation : la concentration en sel y est donc tellement élevée qu’aucun poisson n’y vit. Cela dit, certaines espèces de crevettes, de mouches (sans blague) et de nombreuses algues survivent dans cet environnement et nourrissent les millions d’oiseaux migrateurs qui passent par là chaque année. Le grand lac salé et les wetlands qui l’entourent constituent un maillon essentiel de l’écosystème d’Amérique du Nord, car ils sont une étape de repos et de nidification pour près de 250 espèces d’oiseaux sur la route migratoire qui relie l’Alaska à la Patagonie.

Après avoir parcouru la digue qui donne accès à l’île où est situé le parc proprement dit, on s’y enfonce un peu plus pour découvrir des contrastes de couleurs impressionnants. On aperçoit également nos premiers bisons et nos premiers longhorn sheeps (des mouflons) avant de faire un bref arrêt par le Visitor Center. Ce n’est que le début d’une longue série de découvertes d’espèces animales locales, mais on est déjà comme des gosses en excursion.

Vu que notre logement du soir n’est pas tout près, on ne s’éternise pas et notre exploration du parc reste très superficielle. On prend donc la direction de Bear Lake en Idaho – l’Etat de la patate.

On emprunte notre première scenic road du voyage, la UT-89, et on se retrouve rapidement le long des Wasatch Mountains que l’on voyait depuis le lac. La route longe un torrent de montagne dont le débit impressionnant témoigne de la fonte des neiges qui est encore loin d’être terminée alors qu’on est mi-mai. On en reparlera plus tard de la neige, notamment des 10-15 cm qui nous sont tombés dessus pendant une des premières nuits en tente.

Le paysage que l’on parcourt est toujours aussi beau. Au détour d’un col, la route débouche soudainement sur un point de vue magnifique sur le Bear Lake, encastré au milieu des montagnes et beaucoup plus grand que ce qu’on imaginait. On réalise que le logement-étape qu’on avait réservé quelques mois plus tôt sans se soucier du lieu se trouve dans un décor incroyable. On aime les bonnes surprises comme celle-là !

Notre hôte du soir nous ayant appelés plus tôt pour nous informer qu’elle avait mis le chauffage en route pour notre arrivée et que la clé se trouvait sur place nous permet d’arriver à l’heure qui nous arrange. On décide donc de souper sur la route avant de rejoindre notre cabane. On s’arrête à Garden City, au bord du lac, au Bear Trapper, un petit resto très typique pour notre premier burger du voyage. On espère tous prendre une bonne bière pour fêter nos retrouvailles, mais pas de chance, ils ne servent pas d’alcool, pour une raison qu’on n’a pas réussi à découvrir. Cheeseburger coca donc, ça commence super diététique.

On termine la journée en avalant les derniers kilomètres qui nous séparent de notre cabane que l’on rejoint soulagés et épuisés après cette longue journée de voyage, mais déjà riche en paysages ! On est heureux que le chauffage soit en route et on expérimente déjà la promiscuité grâce à une toilette peu isolée du reste de la chambre… On s’endort, impatients de voir ce qui nous attend le lendemain au Grand Teton National Park !


En pratique :

Visites :
  • Antelope Island State Park : Magnifique State Park à deux pas au nord de Salt Lake City. On y serait bien restés plus longtemps si on en avait eu le temps. Le parc abrite quelques belles randonnées ainsi qu’une belle faune et une belle flore. 10 $ par voiture. Mouchettophobes s’abstenir.
  • Bear Lake : Situé à cheval entre l’Idaho et l’Utah. On n’a pas vraiment visité les environs, car on ne faisait que passer, mais il y a certainement moyen d’y passer quelques jours et de profiter du lac et des possibilités qu’il offre en matière d’activités aquatiques, en plus des nombreuses randonnées qu’il doit y avoir dans les montagnes aux alentours.
Logement :
  • Bear Lake Country Cabin : Cabanes rustiques, très propres et cosy. Très bien situées pour visiter les environs de Bear Lake et profiter du lac. La propriétaire nous a même envoyé une carte postale chez nous pour nous remercier de notre séjour ! On recommande vraiment !
Repas :
  • Bear Trapper Restaurant : Restaurant typique de la région, avec des banquettes rouge style diner et des tables en formica à forme non symétrique (ça a perturbé les deux hommes ingénieurs !). On n’a ni mal mangé ni bien mangé. Pas d’alcool, un peu dommage pour un premier resto entre potes.

2 réflexions sur “Sur la route du Yellowstone : Great Salt Lake (City)

  1. Yan dit :

    M’est avis que les mormons de la church of Jesus Christ of the latter saints et leur influence rayonnant autour de l’Utah n’est pas pour rien dans l’absence d’alcool de ce resto!

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s