Des Outer Banks à Charlotte

En quittant l’île d’Hatteras et les Outer Banks pour rejoindre le continent, on traverse l’île de Roanoke. On ne s’y est pas arrêté, mais cette dernière a été le décor d’une histoire étrange au 16e siècle, celle de la « colonie perdue de Roanoke ». Même si on peut d’abord croire à un épisode de Tintin, il s’agit ici de l’histoire de la première colonie britannique aux USA.

Pour faire court, 115 personnes avaient été envoyées en 1587 par la reine Elisabeth pour établir une première colonie britannique sur le Nouveau Monde et ainsi créer un point fort duquel attaquer les navires espagnols concurrents dans la conquête de ce nouveau continent. Le premier citoyen « non amérindien » (et donc Américain ?) naît dans la colonie en 1587, il s’agit de Virginia Dare (une femme !).

Suite aux conflits récurrents avec les Indiens natifs dès l’arrivée des colons, le leader de la colonie fait un aller-retour pour l’Angleterre pour ramener des fournitures et des renforts. Cet aller-retour lui prend 3 ans. Lorsqu’il revient en 1590, la colonie est déserte.

Les théories sont nombreuses ; certains pensent que les colons se sont fait massacrer par les natifs amérindiens, d’autres pensent qu’ils ont émigré dans une autre région pour finalement se mélanger à la population locale. On ne saura probablement jamais le fin mot de l’histoire, d’où le nom la colonie « perdue ».

Une deuxième colonie a finalement pris racine au début du 17e siècle pour fonder l’actuelle Virginie, du nom de la reine Elisabeth, la reine vierge.

Voilà pour la parenthèse historique, heureusement qu’on ne s’est pas arrêtés sinon j’aurais écrit tout un article rien que là-dessus hein ?!

On poursuit notre chemin vers l’intérieur des terres, mais comme on est là pour voir du pays et pas pour prendre les grands axes, on décide de suivre la route NC-264 qui traverse l’Alligator River National Wildlife Refuge. On prend notre temps sur cette route qui traverse les marécages sur près de 100 km et le long de laquelle le décor est assez particulier : le tracé de goudron tout neuf serpente au milieu des marécages parsemés d’arbres morts tout blancs. C’est beau !

 

On traverse ensuite quelques petits hameaux qui sont isolés de tout. On ne peut s’empêcher de se demander ce que font les gens qui habitent-là. A part quelques fermes et beaucoup de carcasses de voitures abandonnées dans leurs jardins, il n’y a pas grand-chose…

C’est ça aussi l’Amérique, on est loin des mégapoles telles que New York ou Los Angeles…

On roule tout le reste de la journée sur une soi-disant scenic road – notre atlas nous a bien eus pour une fois ! – et on passe juste à côté de Raleigh, qui est la capitale de la Caroline du Nord. Oui, la capitale d’état n’est jamais (ou rarement) la ville la plus grosse ou la plus connue (Charlotte, dans ce cas), mais souvent une ville dont on n’a jamais entendu parler ! Après presque 2 ans ici, on est encore loin de toutes les connaître !

On passe au moins les 100 derniers kilomètres à suivre une voiture de flics banalisée sans oser la dépasser, si bien qu’il y a un sacré embouteillage derrière nous. Apparemment le flic dedans n’était plus de service, car on croise une voiture qui commet l’infraction la plus grave du Code de la route américain : croiser un bus scolaire à l’arrêt avec ses petits clignotants rouges et son panneau stop. Oui ici, quand un bus prend ou dépose des enfants, toute la circulation doit s’arrêter, et ce dans les 2 sens. Il clignote rouge et un petit signe STOP se déploie sur le côté du bus. Pour vous situer, griller un feu rouge c’est 3 points sur le permis et cette infraction-là c’est 9 points… Et à 10 points, on perd son permis :)

Bref, c’est une des journées de « pure route » de ce road-trip, avec 400 miles (650 km) au compteur.

On arrive finalement milieu d’après-midi à Charlotte. Des connaissances nous ont super bien vendu la ville – il parait que c’est rempli de jeunes ! – et donné quelques bonnes adresses.

Le premier arrêt sera une brasserie conseillée par Mark (mon pote qui aime bien la bière, surtout l’Orval). On débarque donc à la Olde Mecklenburg Brewery. De fait, la moyenne d’âge est vachement basse ; pas moyen de trouver quelqu’un qui fait plus de 40 ans ! On goûte quelques bières assis sur un banc de leur gigantesque terrasse ou beer garden, super à la mode ici. Vers 17h, un flux d’étudiants se dirige vers la pelouse à côté de la brasserie pour un cours de… yoga en plein air. Il y a vraiment deux types de gens : ceux qui font du yoga et ceux qui les regardent en buvant une bière. Je fais clairement partie de la seconde catégorie.

On commence à apprécier le dynamisme de la ville. Pour l’histoire, ce cours attirera plus d’une centaine de jeunes !

Capture

Une fois notre verre terminé, on se rend à l’Airbnb du soir. Notre hôte, Ben, n’est pas là, mais il nous a laissé une clef de son appart. Après avoir déposé nos affaires, on décide de se rendre dans un quartier sympa au sud-ouest du centre-ville.

J’expérimente pour la première fois Uber ! Ca marche pas mal, mais notre conducteur qui a à peine 18 ans n’a pas vraiment la causette, il cherche juste à arrondir ses fins de mois. On se promène un peu dans ce nouveau quartier avant de s’arrêter au Tyber Creek Pub qui nous inspire bien. On mange en terrasse à l’abri sous un bel orage d’été qui vient de commencer. Avec les 30°C ambiants, c’est un plaisir de voir pleuvoir des cordes comme ça !

On finit la soirée dans une autre brasserie pas loin, la Sycamore Brewing Company qui est littéralement bondée, alors qu’on est en pleine semaine. On se dit que s’il fallait déménager aux USA ou rester plus longtemps, on se verrait bien dans cette ville !

On ne verra (une fois de plus) finalement pas notre hôte, et on reprend la route le lendemain pour une des plus belles routes de la région, la Blue Ridge Parkway !

5 réflexions sur “Des Outer Banks à Charlotte

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s