Capitol Reef National Park

Après un départ tardif de Bryce Canyon (on commençait à fatiguer et à être en manque de grasses matinées), on roule vers le parc national de Capitol Reef.

Lorsqu’on arrive fin de matinée, un orage approche et on a tout juste le temps de faire l’arrêt « Visitor Center » habituel avant que les gros nuages gris n’arrivent vraiment tout près.

Avant de commencer à vous raconter notre visite, sachez que clairement, on a sous-estimé ce parc et on n’en a finalement visité qu’une toute petite partie. Il mérite de s’y attarder 2 jours !

Capitol Reef NP est tout en longueur et protège le « Waterpocket Fold » qui est un plissement de la croûte terrestre qui fait 160 km de long. Cette particularité géologique est apparue pendant un phénomène qu’on appelle l’orogenèse laramienne et qui s’est produit il y a 50 à 70 millions d’années.

Le cœur du parc où se trouve le Visitor Center est le petit village (aujourd’hui abandonné) de Fruita, situé sur la route UT-24. Il a été créé par les mormons en 1880 et n’a jamais compté plus d’une dizaine de familles. Il est abandonné depuis 1955, date à laquelle le NPS (National Park Service) a racheté les terres sur lesquelles il se situe.

Il subsiste aujourd’hui de nombreux vergers (gérés par le NPS) qui contiennent des pommiers, poiriers, pêchers, cerisiers, pruniers, abricotiers, amandiers… Lorsqu’ils sont ouverts, il est permis de se promener dans les vergers et de manger des fruits gratuitement. Il faudra cependant payer pour ceux que l’on souhaite emporter.

Autour de Fruita se situent les différentes  zones intéressantes du parc :

  • la classique scenic road qui est assez courte (8 miles) et qui descend vers le sud le long du Waterpocket Fold jusqu’à Golden Throne. C’est la seule partie qu’on a eu le temps de faire.
  • la Notom-Bullfrog Road qui démarre sur la UT-24 à l’est de Fruita et qui plonge ensuite vers le sud, de l’autre côté du Waterpocket Fold par rapport à la scenic road. Cette route devient rapidement une piste non goudronnée et longe quasiment l’entièreté du plissement sur son côté est avant de rejoindre une route de nouveau goudronnée qui rejoint Bullfrog Marina, au bord du lac Powell. Bref, de la piste dans un beau paysage, et plein de départs de randonnée.
  • Cathedral Valley, au nord de Fruita, dont l’accès plus difficile se fait via la Hartnet Road ou la Cathedral Road qui sont exclusivement réservées aux 4×4 high clearance. Pas pour les amateurs donc. Il faut dire que la Hartnet Road démarre par la traversée d’un gué, le ton est donné. Sur base des photos qu’on a vues, Cathedral Valley a l’air de ressembler à Monument Valley et Valley of the Gods, mais avec des rochers de formes différentes et plus petits. Comptez toute une journée de circuit sur les pistes pour visiter cette partie !

Pour notre part, n’ayant qu’une après-midi dans le parc, on s’est limités à la touristique scenic road. Une fois arrivés au bout des 8 miles de route goudronnée, le chemin se sépare en deux pistes : la première est la Pleasant Creek Road qui est apparemment très rude à parcourir, mais qui permet de rejoindre la route UT-12 à l’ouest du parc, par laquelle nous sommes venus de Bryce Canyon. La deuxième piste est celle que nous avons empruntée et finit rapidement en cul-de-sac, à l’entrée de Capitol Gorge. Après avoir croisé plusieurs panneaux interdisant l’accès par temps d’orage, on continue jusqu’au parking de Capitol Gorge, alors que la pluie commence à tomber… Oui, on a le goût du risque, c’est vraiment nous tout craché ça.

La pluie n’ayant pas duré trop longtemps, il n’y a pas vraiment de danger, mais tous ces panneaux ont vraiment leur raison d’exister, car ce qu’on appelle les flash floods peuvent réellement tuer et emporter tout sur leur passage (voir cette vidéo assez parlante).

Bref, on entame la randonnée qui remonte dans la Capitol Gorge qui est une espèce de mini-canyon creusé dans le Waterpocket Fold. Ce canyon était emprunté il y a une centaine d’années par les Mormons et faisait partie d’une route qui leur permettait de rejoindre le village de Cainesville. Au début du 20e siècle y passaient même des voitures ! Cette « route » portait le nom de Blue Dugway à cause de la couleur gris-bleu de la roche Mancos Shale qui constitue le décor autour de Cainesville.

La première curiosité sur notre chemin est le Pioneer Registry. C’est une paroi rocheuse sur laquelle beaucoup de pionniers mormons ont gravé leurs noms à l’époque où ils empruntaient ce passage. Certains ont même écrit leur nom à coups de balles de fusil (si si, regardez bien). Les dates les plus anciennes qu’on arrive à identifier se situent aux environs de 1883 ! C’était le concours de celui qui marquerait son nom le plus haut, et certains effacent les noms des autres, on savait s’amuser à l’époque !

Un peu plus loin, on remarque une série de tubes métalliques plantés dans la paroi du canyon. On apprendra plus tard qu’il s’agissait des poteaux de la ligne téléphonique qui reliait Fruita au reste de la civilisation !

imgp4594

Plus tard, des panneaux nous invitent à grimper le versant gauche du canyon pour continuer la randonnée et rejoindre The Tanks. Il s’agit de petites piscines creusées dans la roche qui se remplissent durant les averses et jouent ici un rôle crucial dans l’écosystème. On voit des têtards et grenouilles nager dans l’eau stagnante, ce n’est pas aussi beau que sur les photos du dépliant du parc  !

Un autre orage se rapproche et les coups de tonnerre commencent à tomber méchamment près de nous. On décide de rebrousser chemin sans trop tarder et retourner vers la voiture avant de se faire gorder.

On remonte la scenic road dans l’autre sens et on s’arrête à l’un des rares bâtiments de Fruita dans lequel il semble y avoir un peu d’activité, la Gifford House. On y vend quelques gadgets, mais surtout des tartes aux fruits maison. On s’achète une petite tartelette aux pommes qu’on déguste sur un banc dehors. Elle est tout simplement dé-li-cieuse, probablement une des meilleures qu’on ait jamais goûtées !

On demande un peu d’info sur les vergers, mais dommage, vu qu’on est dimanche et en plus en fin de saison, ils n’ouvriront que mardi, et uniquement pour des pommes. Tant pis pour cette fois, on ne va pas tenter la maraude !

Il reste un peu de temps dans l’après-midi et on fait deux courts arrêts aux alentours de Fruita : la paroi de pétroglyphes et la petite école. L’école est interpellante : il s’agit d’un tout petit bâtiment en bois construit en 1896 à quelques kilomètres du village et dans lequel les cours étaient donnés aux enfants des 8 familles du village (qui étaient quand même une trentaine). Il était apparemment courant pour l’institutrice de donner cours à 3 de ses frères et sœurs. Le bâtiment est fermé, mais on découvre en observant par les fenêtres que l’intérieur est assez spartiate : un poêle à bois au centre, une pile de bois de chauffage, un tableau et quelques bancs d’écoliers.

imgp4603

Après cette visite relativement restreinte du parc de Capitol Reef, on se rend à Torrey, la petite ville située juste à côté et où se trouve l’Affordable Inn dans lequel on a réservé une nuit. On est contents de se réinstaller dans une vraie chambre, pouvoir recharger nos batteries (celles de l’appareil photo et de nos GSM) et sauvegarder toutes les belles photos qu’on a prises ces derniers jours. Rapidement, on se met en quête d’un endroit pour aller souper sur TripAdvisor et Yelp (nos classiques, on ne change pas une équipe qui gagne).

On tente le Saddlery Comwboy Bar qui a l’air bien typique (du genre avec une rodeo machine au milieu), mais déception énorme quand on arrive devant, il est fermé. On se replie sur un autre resto, le Rim Rock Restaurant. C’est bondé (toujours bon signe me direz-vous) et on doit réserver une table qui ne sera disponible que dans 45 min. On tue ces 45 minutes en allant boire un verre à la terrasse d’un café qui ne paye pas de mine juste à côté. La serveuse qui nous sert est une véritable cow girl, avec bottes en cuir et chemise à franges ! Autant vous dire qu’on ne nous a pas ressorti la loi de l’Utah qui oblige à acheter à manger avec de l’alcool ici ! On boit tranquillement notre bière sur la terrasse avec une vue superbe sur les falaises rouges, le coucher de soleil et un début de tempête de sable.

Le Rim Rock restaurant était vraiment super (même probablement un des meilleurs restos qu’on ait faits ici aux USA, incroyable en étant si paumés au fin fond de l’Utah) ! C’est aussi bien la grande baie vitrée qui donne sur les falaises rouges que la qualité des plats qui nous a épatés !

Après une bonne nuit dans un vrai lit, avec un vrai matelas (et un vrai déjeuner), on reprend la route pour notre parc suivant : Canyonlands !

3 réflexions sur “Capitol Reef National Park

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s